Aller au contenu principal

Alerte aux consommateurs / N'encaissez pas un chèque provenant d'une entreprise que vous ne connaissez pas

Alerte.

Une arnaque d'offre d'emploi de client mystère cible les Néo-Brunswickois, a avisé la Commission des services financiers et des services aux consommateurs.

Récemment, une fille de 13 ans, de Minto, a reçu par la poste un chèque de 3900 $ et une lettre l'avisant qu'elle répondait aux exigences pour devenir une cliente mystère. Ses parents ont appelé la police, ont raconté l'histoire dans les médias sociaux, affichant des photos du chèque et de la lettre, et ont signalé l'incident à la Commission.

« J'étais sous le choc au début et je croyais que c'était trop beau pour être vrai », a dit la mère de la jeune fille. « Heureusement, nous savions qu'il ne fallait pas encaisser le chèque, mais nous n'avons pas pu nous empêcher de penser qu'une autre personne pourrait facilement se retrouver dans des difficultés financières considérables si elle encaissait le chèque. »

Cette arnaque se manifeste d'un bout à l'autre du pays sous diverses formes depuis quelques mois. La Commission passe le mot au sujet de cette arnaque et d'autres du genre pour protéger la population du Nouveau-Brunswick. Au moins trois autres résidents ont signalé avoir été approchés de la sorte.

« Les arnaques peuvent se présenter sous toutes sortes de formes et elles peuvent changer légèrement d'une fois à l'autre », a déclaré le chef de la direction de la Commission, Rick Hancox. « Ce qui ne change pas, c'est que l'offre vous arrive comme un cheveu sur la soupe et qu'on veut votre argent tout de suite. N'envoyez pas d'argent et ne fournissez pas d'information personnelle ni de numéro de carte de crédit à des gens ou entreprises que vous ne connaissez pas, surtout par téléphone ou en ligne. »

L'arnaque prend forme lorsqu'une personne reçoit un chèque d'une entreprise et une lettre lui demandant de dépenser un certain montant d'argent dans un magasin déterminé. L'entreprise demande au destinataire de lui faire parvenir un chèque certifié ou de lui transférer de l'argent, l'avisant qu'il peut ensuite garder le reste de l'argent en guise d'indemnisation.

Bien que le chèque semble légitime, il est souvent trop tard quand la victime s'aperçoit que le chèque n'est pas bon, car il peut prendre jusqu'à une semaine à un établissement bancaire pour déterminer qu'un chèque est faux. La victime peut ainsi perdre des centaines ou des milliers de dollars.

« Il faut se demander pourquoi une entreprise vous enverrait de l'argent par la poste et comment elle sait que vous ne garderez tout simplement pas l'argent, a affirmé M. Hancox. Examinez d'un œil critique toute offre qui peut paraître incroyable. Protégez-vous et protégez vos êtres chers de façon à éviter de perdre de l'argent durement gagné. »

La dénonciation rapide d'activités d'investissement ou d'activités financières suspectes par les Néo-Brunswickois est essentielle pour combattre la fraude et les préjudices qu’elle peut causer. Il faut communiquer avec la Commission au 1 866 933-2222 (sans frais) pour obtenir de plus amples renseignements, déposer une plainte ou soulever toute autre préoccupation connexe.

Le mandat de la Commission des services financiers et des services aux consommateurs consiste à protéger les consommateurs et les investisseurs contre les pratiques déloyales, irrégulières et frauduleuses. Le gouvernement provincial a créé la Commission le 1er juillet 2013.

La Commission des services financiers et des services aux consommateurs réunit sous un même toit les organes qui règlementent les valeurs mobilières, les assurances, les pensions, les services aux consommateurs, les coopératives, lescredit unions, les caisses populaires, ainsi que les sociétés de fiducie et de prêt. Elle est une société de la Couronne indépendante qui est autofinancée par les droits et les cotisations que versent les intervenants des industries réglementées.