Aller au contenu principal

Travailler avec un professionnel du secteur des services financiers

Comme bien des Néo-Brunswickois, vous n’avez peut-être pas le temps ni l’intérêt ou les connaissances nécessaires pour créer vous-même un portefeuille de placement ou un plan financier. Dans ce cas, il peut être bon d’obtenir les conseils d’un professionnel. Un professionnel en placement peut vous aider à fixer des objectifs, à établir un plan à long terme, à choisir des placements adéquats, à suivre votre évolution et à faire les modifications nécessaires.  

Les professionnels des services financiers et en placement offrent une vaste gamme de produits et de services. Avant de choisir un conseiller, assurez-vous que le professionnel possède les compétences requises pour offrir les produits ou services dont vous avez besoin. Ne vous fiez pas à ce qui est inscrit sur une carte professionnelle. Faites vos recherches et vérifiez si le professionnel est dûment autorisé à offrir les produits ou services dont vous avez besoin.

Téléchargez notre outil de sélection d’un conseiller financier en cinq étapes dans lequel vous trouverez des questions importantes à poser et des sources d’information, et où vous pourrez consigner les renseignements que vous trouverez en faisant des recherches sur votre conseiller éventuel.

Comment l’inscription protège les investisseurs

En général, toute personne qui vend des valeurs mobilières, qui offre des conseils en matière de placement ou qui agit à titre de gestionnaire de fonds au Nouveau-Brunswick doit être inscrite auprès de la FCNB. Les professionnels du secteur des valeurs mobilières doivent s’inscrire auprès de l’organisme de réglementation des valeurs mobilières de chaque province ou territoire dans lesquels ils exercent leurs activités. La catégorie d’inscription indique le type de produits ou de services qu’une personne est autorisée à vendre ou au sujet desquels elle peut donner des conseils.

Les professionnels des services financiers utilisent de nombreux titres et désignations différents, mais ces titres ne signifient pas qu’une personne est inscrite ou qu’elle est titulaire du permis exigé pour vendre n’importe quels produits de placement ou d’assurance ou donner des conseils sur ceux-ci. Ces titres et désignations indiquent plutôt le type de formation ou d’expérience que la personne possède.

Lisez « Comprendre l'inscription » pour en savoir plus sur les catégories d’inscription, les titres courants dans le domaine financier et les appellations d’emploi qui y sont associés dans le secteur canadien des services financiers et pour comprendre ce qu’ils signifient.

L’inscription protège également les investisseurs pour les raisons suivantes :

  • La FCNB accorde seulement l’inscription aux sociétés et aux particuliers qui ont la formation et les compétences requises pour leur catégorie d’inscription.
  • L’inscription mentionnera toutes les restrictions d’exercice (aussi appelées « conditions générales ») imposées à une entreprise ou un particulier par la FCNB ou un autre organisme de réglementation.
  • Les particuliers doivent être soumis à une vérification d’antécédents et à une vérification policière dans le cadre du processus d’inscription.
  • Les conseillers et les courtiers inscrits ont l’obligation de recommander des placements qui vous conviennent selon les renseignements que vous leur fournissez.

L’inscription est une protection importante pour les investisseurs, mais le fait qu’une personne soit inscrite ne garantit pas qu’elle vous fournira toujours des conseils avisés ou qu’elle agira toujours de façon éthique.

Comment vérifier l’inscription et les antécédents

Les outils suivants peuvent vous aider à faire des recherches sur la personne avec qui vous souhaitez faire affaire :

Vous pouvez aussi vérifier les ordonnances ou décisions les plus récentes des organismes de réglementation :

Vous pouvez aussi trouver de l’information utile sur une entreprise ou un particulier dans les médias. Les nouvelles peuvent également vous renseigner au sujet des instances judiciaires et vous tenir au courant des rumeurs au sujet desquelles vous devriez faire votre propre enquête. Vérifiez si la société est constituée en personne morale ou si elle est dûment inscrite et autorisée à exercer ses activités dans votre province. Assurez-vous que les gens à qui vous parlez représentent vraiment la société et déterminez où se trouve son siège social.  

Les frais associés aux professionnels en placement

Les frais varient selon le type de produits que vous achetez et le genre de services que fournit le professionnel en placement. Si le professionnel en placement reçoit un salaire, le coût de ses conseils est intégré aux produits que vous achetez. Certains conseillers reçoivent une commission sur chaque produit qu’ils vendent. D’autres demandent des honoraires fixes en fonction d’un taux horaire ou d’un pourcentage de la valeur des actifs détenus dans votre compte. Les commissions et les autres mesures incitatives pourraient les inciter à recommander un placement plutôt qu’un autre. Assurez-vous de comprendre comment votre conseiller est rémunéré et réfléchissez aux répercussions que ce mode de rémunération pourrait avoir sur les conseils qu’il vous donne.

Il est également important de comprendre quels frais vous devez payer pour acheter, détenir et vendre le placement et quelles sont les répercussions de ces frais sur votre rendement. Les frais ont une incidence sur la valeur qu’un placement doit prendre pour que vous ne perdiez pas d’argent ou que vous en gagniez, et ils doivent être payés même si le placement perd de sa valeur.

Les attentes à l’égard d’un professionnel en placement

Le rôle des professionnels en placement est de fournir des renseignements et des conseils éclairés pour vous aider à créer et exécuter votre plan d’investissement. Pour ce faire, votre conseiller recueillera des renseignements à votre sujet et les consignera dans un formulaire intitulé « Connaître son client ». Cela lui permet de déterminer votre profil client et les placements qui se prêtent le mieux à votre portefeuille. Apportez le Cahier de planification des investissements pour avoir plus de facilité à répondre à ses questions!

Une fois votre plan établi, votre conseiller devrait vous présenter des possibilités de placements et tous les changements qui pourraient avoir une incidence sur vos placements. Il devrait être disponible pour répondre à vos questions, en particulier lorsque les marchés sont en baisse ou lors de changements importants, où vous pourriez être tenté d’agir sous l’emprise des émotions.

Votre conseiller devrait :

  • présenter des recommandations claires et précises;
  • expliquer les raisons pour lesquelles il fait ces recommandations et comment le produit vous aidera à atteindre vos objectifs;
  • décrire les risques associés à tout produit qu’il recommande;
  • obtenir votre autorisation avant d’acheter ou de vendre des placements en votre nom ou de retirer de l’argent de votre compte.

Votre conseiller ne peut pas : 

  • prédire le comportement des marchés avec une certitude absolue;
  • recommander des placements qui sont toujours rentables;
  • agir en fonction de directives vagues de votre part en ce qui a trait à l’achat ou à la vente de placements;
  • satisfaire des attentes ou des objectifs  de rendement irréalistes.

Vos responsabilités à titre de client

Vous avez la responsabilité d’informer votre professionnel en placement de tout changement de vie ou de votre situation financière. Les événements importants comme un mariage, un divorce, la naissance d’un enfant, un changement d’emploi ou le fait de recevoir un revenu imprévu peuvent avoir des répercussions considérables sur vos finances et sur les recommandations qui vous seront faites.

Soyez honnête lorsque vous mentionnez votre tolérance au risque et votre niveau d’aisance. Ne soyez pas gêné ou timide; posez des questions jusqu’à ce que vous compreniez parfaitement tous les placements qui vous sont recommandés et la façon dont ils s’intègrent à votre plan général.

Passez en revue vos relevés de compte et prenez en note tous les sujets dont vous aimeriez discuter. Lisez les documents que vous recevez au sujet des placements que vous envisagez d’acheter. Et par-dessus tout, ne signez jamais rien avant d’en avoir lu et bien compris le contenu.

Si vous devez faire une plainte

Bien que la plupart des professionnels en placement et les entreprises pour lesquelles ils travaillent soient justes, efficaces et respectueux des règles, vous pourriez porter plainte si le particulier ou l’entreprise :

  • n’est pas dûment inscrit et autorisé à vendre les placements qu’il recommande;
  • retire de l’argent de votre compte ou achète ou vend des valeurs mobilières avec votre argent sans votre permission (sauf si vous avez ouvert un compte avec contrat de gestion qui autorise votre conseiller financier à effectuer des opérations à sa guise sans avoir à obtenir votre permission);
  • remplace vos fonds communs de placement par d’autres sans motif légitime;
  • ne prend pas des moyens raisonnables pour faire exécuter vos ordres de placement au meilleur prix possible, compte tenu de la conjoncture;
  • vous recommande d’acheter ou de vendre un titre qui ne vous convient pas, compte tenu des renseignements recueillis dans le formulaire Connaître son client.

Déposez votre plainte au moyen de notre formulaire de plainte.

Autres titres et appellations d’emploi courants

La liste ci-dessous présente certaines des appellations d’emploi courantes du secteur canadien des services financiers et certains des titres qui y sont couramment associés. Ces titres — ou l’utilisation du terme « conseiller » dans le titre — ne signifient pas que la personne est inscrite ou qu’elle a le permis nécessaire pour fournir des conseils sur des placements ou des produits d’assurance particuliers. Ces titres et désignations indiquent plutôt le type de formation ou d’expérience que la personne possède.
La FCNB n’avalise pas de titre ni de profession. Vous devriez toujours vérifier les qualifications d’une personne avant de lui demander conseil.

Conseillers en placement et conseillers en gestion de patrimoine (FCSI, CSWP)

Les personnes qui se présentent avec ces appellations et titres travaillent dans des sociétés de placement qui gèrent des portefeuilles de clients individuels. L’appellation « fellow de l’Institut canadien des valeurs mobilières » (FCSI) signifie que la personne possède une formation et une expérience exhaustives en matière de services financiers. Le programme menant au titre de        « professionnel agréé en gestion stratégique de patrimoine (CSWP) » forme les particuliers à gérer les portefeuilles de personnes ayant une valeur nette élevée.

Gestionnaires de placements et gestionnaires de portefeuilles (CFA, CIM)

Les titulaires de ces postes peuvent avoir un titre d’analyste financier agréé (CFA) ou de gestionnaire de placements agréé (CIM). Les programmes de CFA et de CIM sont axés sur la gestion de portefeuilles (prendre des décisions de placement au nom des clients) et sur l’analyse des investissements. Les personnes titulaires de ces titres peuvent gérer les portefeuilles de clients individuels, de fonds de placement ou d’entreprises.

Planificateurs financiers (ChFC, CFP, PFP, RFP)

Les planificateurs financiers vous aident à créer un plan financier et vous donnent des conseils sur des aspects comme les impôts, la succession et la planification de la retraite. Les conseillers financiers qualifiés (ChFC), les planificateurs financiers agréés (CFP), les planificateurs financiers personnels (PFP) et les planificateurs financiers enregistrés (RFP) suivent des cours et doivent réussir des examens pour obtenir leurs titres. Les planificateurs financiers doivent être inscrits s’ils vendent des placements ou donnent des conseils sur ceux-ci.

Conseillers en assurance de personnes et en succession (CIP, FPAA, AVA, CAIB)

Les personnes qui travaillent dans le secteur des assurances peuvent utiliser des titres particuliers. En voici quelques exemples : professionnel d’assurance agréé (CIP); fellow, professionnel d’assurance agréé (FPAA); courtier d’assurance accrédité du Canada (CAIB); et assureur-vie agréé (AVA).

Les CIP, les FPAA et les CAIB travaillent tous dans les domaines de l’assurance des biens et de l’assurance des risques divers (comme l’assurance habitation et l’assurance auto). Les AVA travaillent dans le domaine de l’assurance vie.

Comptables (CPA; CPA, CA; CPA, CGA; et CPA, CMA)

Les comptables offrent divers services à leurs clients et aux propriétaires d’entreprise, notamment des conseils fiscaux, de gestion financière et de planification d’activités commerciales. À l’heure actuelle, au Canada, l’appellation des nouveaux diplômés en comptabilité est celle de comptable professionnel agréé (CPA). Les comptables qui sont titulaires des anciens titres de comptable agréé (CA), de comptable général accrédité (CGA) ou de comptable en management accrédité (CMA) doivent combiner ce titre à celui de CPA (p. ex. CPA, CA).

Avocats (LL. B/J.D.)

Certains avocats travaillent dans le secteur des finances d’entreprise ou des actions financières pour des entreprises, des sociétés ouvertes ou des organismes de réglementation. Les avocats qui travaillent avec des clients individuels fournissent notamment des services de soutien en matière de planification successorale, d’impôts et de droit des affaires.

Diplômes universitaires en finance et en commerce (B. Com./B. Sc. Com., B.A.A., M.B.A.)

Les personnes dont la formation universitaire était axée sur les finances et le commerce occupent souvent divers rôles dans le secteur financier. Elles peuvent être titulaires d’un baccalauréat en commerce (B. Com./ B. Sc. Com.), d’un baccalauréat en administration des affaires (B.A.A.) ou d’une maîtrise en administration des affaires (M.B.A.). Les titulaires de ces diplômes possèdent souvent d’autres titres propres aux finances ou à la comptabilité.